Théorisation enracinée

La théorisation enracinée (grounded theory) est une méthode de recherche inductive visant à créer des connaissances émergeant des données. Les méthodes de théorisation enracinée passent par le construction de catégories et de mécanismes permettant de modéliser l’objet étudié. Plusieurs courants existent dans le développement de cette méthode. Le courant original (Glaser et Strauss, 1967), représenté par Barney Glaser, se fonde sur une logique indicative qui s’appuie sur la sensibilité théorique du chercheur. Le courant Straussien, aujourd’hui poursuivi par Juliet Corbin, se fonde quant à lui plus sur des techniques d’analyse outillées (Strauss et Corbin, 1998) consistant en un codage ouvert des données (prolifération des catégories sans lien hiérarchique), un codage axial (définition des concepts principaux de l’analyse au travers de propriétés et de dimensions) et un codage sélectif (construction d’un modèle). Ces deux courants proposent une vision post-positiviste de la théorisation enracinée. Une vision plus constructiviste est proposée par Charmaz (2006).

Partager cet article Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
0 commentaires… add one

Écrire un commentaire